Mérule pleureuse - Expert en bâtiment - vice caché

EXPERT-CONSEIL EN BÂTIMENT
                                                                                  
Aller au contenu
Services


MÉRULE PLEUREUSE
                                                         

La mérule pleureuse est un champignon macroscopique lignivore qui prolifère principalement au soubassement de bâtiments.
Elle s'avère souvent désastreuse, car elle décompose rapidement l'ossature en bois. La très grande majorité des cas se retrouvent dans les caves de service (vide sanitaire) sur terre.  Les propriétaires peuvent obtenir une subvention de la Société d'Habitation du Québec (SHQ).


Ayant déjà réalisé de nombreuses expertises, Avisa possède le savoir-faire en matière de mérule pleureuse :
- Déterminer les zones touchées ;
- Vérifier si le bâtiment a déjà eu un épisode de mérule dans le passé ;
- Établir la portée des travaux correctifs ;
- Produire un devis dans le cadre du programme de la SHQ.


MYTHES ET RÉALITÉ
                                                        

Les croyances populaires sont fortes à l'égard de la mérule pleureuse comme le démontre cet article paru dans La Tribune de Sherbrooke.


Plusieurs mythes existent :
  • Brûler le bâtiment pour se débarrasser de la mérule. Faux. En brûlant le bâtiment, une quantité importante de spores de mérule est envoyée dans l’air et peut contaminer les bâtiments voisins.
  • Démolir est la seule solution. Faux. En fait, le bâtiment est démoli seulement lorsque ce n’est plus rentable économiquement de faire les travaux. Dans un cas récent, les travaux s’élevaient à environ 300 000 $ avec une évaluation du bâtiment à 140 000 $. Alors, la solution économique est de faire enfouir le bâtiment.
  • Impossible de garantir les travaux de décontamination : Faux. En appliquant un protocole bien défini et en contrôlant les sources d’humidité, des entreprises sont en mesure de garantir leurs travaux. En effet, sans apport d’humidité excessive, la mérule ne se développe pas.
  • Aucune aide gouvernementale. Faux depuis le 5 octobre 2018. Avant de déclencher les élections, le gouvernement a mis en place un projet pilote parrainé par la SHQ. Ce programme permet d’obtenir jusqu’à 75 % des travaux de réhabilitation limités à 100 000 $ et 100 000 $ pour la démolition/reconstruction du bâtiment.
  • Phénomène nouveau au Québec. Faux. Le premier cas répertorié au Québec est en 1947. Toutefois, par rapport à la Belgique et la France, qui sont envahies par ce champignon, au Québec, le phénomène est "nouveau" puisque nos bâtiments sont plus récents.
Montréal et Rives Nord/Sud
833-33-AVISA
info@avisa.ca
Mario Tétreault, ing.
CONTACT
HEURES D'AFFAIRE
Lun - ven : 9h00 à 16h00
PAIEMENTS ACCEPTÉS
Site web créé par Mario Tétreault
© 2020 Tous droits réservés
Retourner au contenu